RÉFÉRENDUM CONTRE LA LOI ARBITRAIRE

15.10.2020 - Mathilde Mottet

Aujourd'hui, nous avons lancé le référendum contre la nouvelle loi sur le terrorisme avec une alliance ! La nouvelle loi ouvre la porte à l'arbitraire. Sans commettre de crime concret, les gens peuvent être classés comme "dangereux". Sans aucune décision judiciaire préalable, les "personnes dangereuses" peuvent être touchées par l'interdiction de périmètre, l'interdiction de contact, l'interdiction de quitter le pays, etc. En outre, il est même possible d'être placé en résidence surveillée jusqu'à 9 mois sans avoir commis la moindre infraction pénale concrète. Enfin, toutes les mesures peuvent également être imposées aux jeunes de 12 ou 15 ans. Absurde ! La loi viole la Convention européenne des droits de l'Homme. Plusieurs juristes se sont prononcés contre. En bref, suffisamment de raisons concrètes pour s'y opposer.

Voici un autre extrait de la conférence de presse d'aujourd'hui :
"On connaît ces lois qui sont en place dans des dictatures, mais pas au seins des États constitutionnels démocratiques ! Les attaques et les machinations terroristes doivent être combattues et le plus possible prévenues. Cependant, nous ne devons en aucun cas abandonner les principes de l'État de droit. L'objectif des terroristes n'est pas la terreur en soi, mais la lutte contre l'État de droit et la démocratie. Si nous sacrifions ces principes dans la lutte contre la terreur, les forces terroristes et totalitaires ont déjà gagné.
La loi serait un signe pour les dictatures et les régimes totalitaires de ce monde. Si la Suisse ne prenait plus au sérieux l'État de droit et les droits humains, elle serait autorisée à faire davantage. La Suisse deviendrait un précédent pour l'assouplissement de ces mêmes droits humains.

Mais apparemment, c'est ce que la majorité du Parlement souhaite. C'est pourquoi nous lançons ce référendum et donnons au peuple de ce pays le choix du camp que nous voulons défendre : Du côté des dictateurs et des terroristes, ou du côté des droits humains et de la démocratie.

Signe le référendum